PORTRAIT

A l'hôpital européen Georges Pompidou avec mon équipe des urgences, la Ministre de la Santé et le Directeur général de l'APHP.

Je suis Professeur de médecine, spécialité anesthésie-réanimation et médecine d’urgence et titulaire d’un PhD de biologie cellulaire. Parallèlement à mon mandat de maire, j’ai toujours gardé une activité professionnelle médicale. Je suis actuellement le chef des Urgences de l’hôpital Européen Georges-Pompidou à Paris. A ce titre, je participe à l’organisation des secours de la région Ile-de-France, des soins de tous les jours aux situations exceptionnelles comme les attentats. J’enseigne la médecine à la faculté de Médecine Paris V.

Avoir gardé une activité professionnelle a d’abord toujours été une nécessité d’équilibre de vie. Car mon métier de médecin est une chance de vivre de très riches expériences humaines.

Mais avoir fait le choix de continuer à exercer m’a aussi rendu totalement libre des partis politiques. Je garde une totale liberté de ton et de jugement vis-à-vis d’eux : La Garenne d’abord.

Je suis né le 1er février 1964 à Orléans. J’habite à La Garenne depuis l’âge de 4 ans. Mes parents étaient médecins dans notre ville, ainsi qu’à l’hôpital franco-britannique de Levallois et à la Mutuelle Générale de l’Education Nationale (MGEN). Mes grands-parents étaient parisiens, auvergnats et corses. Je garde des liens très forts avec l’Ile de Beauté où j’y ai, à Ucciani, dans un petit village de montagne, mes racines.

J’ai 4 enfants âgés de 14 à 27 ans : trois filles et un garçon.

 

J’ai eu l’honneur d’être élu maire de notre commune en 2001. J’étais déjà membre du conseil

municipal et j’avais été président du club d’escrime ainsi que fondateur de La Garenne-Jeunesse. Ces deux associations existent toujours et j’ai pour elles un attachement particulier.

J’ai eu aussi la chance de siéger dix ans au Parlement européen où j’ai à la fois défendu les

intérêts de la France et la construction de l’Union. A Strasbourg, j’ai appris la nécessité de travailler avec tous les groupes politiques sans exclusive. Le consensus doit être cherché entre gens de bonne volonté, et permet de peser dans cette Union européenne complexe. En juin dernier, touché par le cumul des mandats, je devais choisir entre le Parlement européen et la mairie. J’ai choisi La Garenne.

Avec François Baroin, Président des maires de France.

Kaboul, Afghanistan, médecin militaire de l'ISAF, opération PAMIR de l'OTAN pour la protection des populations

Je suis par ailleurs officier de réserve toujours en situation d’activité à la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris où je prends encore quelques (trop rares mais réelles !) gardes sur le terrain. En 2009, j’avais également été volontaire pour servir en Afghanistan, comme médecin militaire des troupes françaises engagées contre les Talibans. Engagé en zone de guerre, j’avais eu l’honneur d’y être décoré par l’OTAN.

J’ai écrit de nombreux articles et chapitres de livres en rapport avec ma profession de médecin. Et en 2014, j’ai eu la chance de publier un livre d’histoire de l’Europe chez JC Lattès, «Notre histoire, les 100 dates qui ont fait la nation européenne ».

J’ai toujours eu une certaine idée de La Garenne. Je l’ai modernisée avec rigueur et

sérieux, en faisant tout pour lui éviter les erreurs, en particulier urbaines, de nos voisins.

Mais j’ai voulu en même temps en faire une ville à taille humaine, où les gens puissent se

connaître et se reconnaître.

 

Un tel résultat demande une constance et un travail de tous les jours dans l’action

municipale. Avoir fait une sorte de village aux portes de Paris ; c’est sans doute ce dont

je suis le plus fier.

Avec le Ministre Jean-Michel Blanquer pour parler des projets pédagogiques à La Garenne-Colombes

© 2019 by FEEDs & GRIDs. Proudly created with Wix.com

Mentions légales